Chapitre 1

-page 56

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

13 commentaires

zazouza23 a dit :

Bon, voici la dernière planche de ce chapitre! Ha! ha! Je sais, c'était une trééééééééés longue introduction. J'espère avec l'image final vous avez fait le lien de la ressemblance troublante entre Lili et Espérance.

Mais, j'aimerais surtout avoir votre avis général sur le chapitre. Quels sont les points fort, les points faible… je ne pourrais peut-être pas modifier en profondeur ce chapitre mais cela m'aiderais à mieux m'orienter dans le chapitre suivant.

En tous cas un grand grand grand merci à tous le monde pour votre soutient et votre fidélité. Merci aux personnes pour votre patience (je sais que mon comportement perfectionniste n'est pas toujours facile) . J'espère que cela à fait autant plaisir de lire cette bd autant cela m'a fait plaisir de vous l'a faire partager… (merde, on dirait que je fais un discours d'adieux et pourtant je fais juste prendre une pause).

On je vous donne rendez-vous en début Janvier pour le chapitre 2. (Si j'ai la connexion web évidemment :/ )

;)

30 nov. 2009

Gipo a dit :

Hé bien on va mettre à profit cette pause pour tout relire ! Je vais observer plus particulièrement le général, maintenant que je sais ça…

Bonnes fêtes et à bientôt zazouza23 !

30 nov. 2009

reno a dit :

Mon avis (point faible) : je sais que c'est le style de ta BD, mais je trouve ça trop long. 56 pages sont passées et on n'en sait pas plus par rapport à la première page.

30 nov. 2009

Un visiteur (Garbage Collector) a dit :

Premier avis à chaud avant d'en faire un plus construit, pour répondre à reno : je ne suis pas d'accord. Je trouve ça bien comme ça, ce format plus “série”. Évidemment, cela ne marcherait pas pour une bd classique, mais puisque le format de publication est différent, autant faire un produit différent. Bien sûr, c'est long et frustrant, mais nous prenons notre mal en patience et finalement ça marche plutôt bien. En tout cas, j'adhère.

30 nov. 2009

Crazy_Cat a dit :

Perso. j'ai pas noté la longueur de tout cela, chaque page donnant quelques choses je penses plus à un effet long terme où je te souhaite de pas finir cette b.d. en 2500 avec ton cerveau dans le formol et ton corps en cryo' huhu.

Tiens je m'attendais à ce rebondissement finale. ^^;

30 nov. 2009

Gipo a dit :

Oui, il y a un quelque chose d'indéfinissable, dans ta BD, qui fait qu'on en oublie les longueurs. Moi, j'ai le sentiment d'avoir lu 15 à 20 pages à tout casser (on n'en serait pas loin si le format était en A4 4 bandes).

Bref, tu as les longueurs délectables ^^ !

1 déc. 2009

Crazy_Cat a dit :

Remarque tout dépend de la présentation y a toujours moyen de coller le tout pour diviser le nombre de page par 2 ( ou plus, si tu es débrouillard ) je me rappel avoir fait 2 planches pour finalement que l'éditeur m'es changé ça en 1 pages ( le tout était en format paysage remarque, ils ont collé un au dessous de l'autre les pages ^^; ).

1 déc. 2009

Gipo a dit :

Dans sa dernière note, Boulet parle justement de ce qui nous intrigue, dans cette BD : qu'elle puisse être intéressante en donnant le sentiment de ne rien raconter (ou très peu).

http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20091201

Cette note est un peu bizarre… Elle est pour moi un exercice de style. L'autre jour je parlais de Scott McCloud et de ses théories sur le temps dans le récit (comment en rajoutant ou supprimant des cases, des élipses, on allonge une seconde ou au contraire on fait passer des heures…). Et la conversation a dévié sur l'art de bien “rien raconter”…

Je soutiens toujours que la narration est plus importante que le scénario, et qu'on peut écrire une histoire passionnante de 500 pages sur le thème “j'ai perdu une chaussette” si on le raconte bien.

Donc voilà. L'autre jour je me suis trouvé à me demander si la personne derrière moi était suffisamment près pour que je retienne la porte ou non, et je me suis brièvement demandé si c'était possible de faire passer ça en BD. J'ai eu envie d'essayer de mettre en image ces micro-stress, ces situations assez difficiles à décrire où une petite gène s'installe pour rien.

Desproges l'avait très bien réussi en racontant à la radio un trajet en ascenseur, c'était un peu de cet ordre d'idée.

1 déc. 2009

Crazy_Cat a dit :

Remarque le fait que certaine b.d. tel que présenté par Boulet ai un certain intérêt peut-être dû ( entre autre, je dis pas que c'est QUE ça ), au fait que le lecteur peut s'identifier dans certain situation ( tel le fait de couper une autre personne et d'être remplit de remord et de paniquer inutilement ( soit 90% du temps dans mon cas XD ).

1 déc. 2009

Gipo a dit :

Cela voudrait dire qu'on s'identifie particulièrement à Espérance, à la scientifique ou au général ? On s'est tous sentis agressés par des adultes, on a une âme maternelle ou paternelle, on craint pour sa famille ? (Ah vut ! v'oubliais le pauv gars dont on fe moquait à la récré…)

Pas faux…

2 déc. 2009

Crazy_Cat a dit :

Bah j'ai peut-être tord, mais après analyse ça me semblait être la raison du succès de certaine b.d. plutôt autobiographique ( genre de b.d. très prolifique ici au québec ( me rappel le commentaire d'un ami à propos d'une artiste qui en fait: fait bizarre d'être devant cette fille pour la première fois mais tout savoir sur elle comme si on la connaissait depuis toujours ).

2 déc. 2009

zazouza23 a dit :

J'ai le sentiment d'arriver trop tard pour le débat… XD

Mais en lisant tous le débat, je comprends que la longueur narrative n'est qu'une question de gout pour le lecteur… bah! Si certains, n'ont pas apprécié parce que c'est 56 page parle de rien, il me reste encore environs 800 page à rectifier le tire! XD

4 déc. 2009

Un visiteur (Souris, tu m'inquiètes.) a dit :

J'attends la suite avec impatience. Bien sur, je n'ai pas un oeil objectif comme certains commentaires très professionnels; tout ce que je peux dire c'est que mon intérêt est resté constant. À bientôt.

12 déc. 2009

Poster un commentaire :